Les domaines du  Neurofeedback    

TDA/H

L’utilisation du Neurofeedback dans le TDA/H repose sur l’observation que les enfants concernés, à l’état de repos, ont des amplitudes beaucoup plus importantes de bandes oscillatoires à basses fréquences en EEG (par exemple la bande delta et thêta) comparativement aux autres enfants.

De plus, certaines études trouvent une diminution de l’onde bêta dans les aires cérébrales frontales ainsi qu’une diminution du rythme sensorimoteur dans les aires centrales.

 

À la lumière de ces résultats, plusieurs protocoles de Neurofeedback ont vu le jour afin de diminuer les symptômes du TDA/H.

 

Sur les enfants, l’effet du Neurofeedback réduit les symptômes du TDA/H, mais d’une manière moins importante que les psychostimulants utilisés en pharmacothérapie. Cependant l’utilisation d’un traitement qui combine les deux s'est révélé plus efficace que le traitement pharmacologique seul.

 

Sur les adultes, l'utilisation des psychostimulants étant déconseillé par l'Haute Autorité de la Santé, le Neurofeedback constitue une bonne alternative.

 

Le TDA/H est une des applications cliniques du neurofeedback les plus utilisées.

Douleurs chroniques

La perception de la douleur est un processus complexe.

La douleur ressentie par une personne est une intégration de l’information sensorielle actuelle et des informations provenant d’anciennes expériences. Ces dernières influencent les émotions, l’attention ainsi que les attentes des individus à propos de la douleur.

En général, les douleurs chroniques sont associées à une diminution de l’onde alpha, une augmentation de l'onde bêta ainsi que de l’onde thêta.

 

Partant de ce constat, des techniques de Neurofeedback ont été développées pour aider les patients à augmenter ou diminuer sélectivement leur activité cérébrale afin de soulager leur douleur.

Des protocoles sont utilisés pour réduire la sévérité de la douleur ou des symptômes associés comme les troubles du sommeil, les perturbations de l’humeur, la fatigue et l'anxiété.

 

Les résultats montrent une nette amélioration des symptômes.

Mais les pourcentages de réduction de la douleur rapportés dans les études varient, rendant difficile le choix d’un protocole communément accepté comme étant le plus efficace.

Une grande partie des études se concentrent sur les ondes thêta, alpha et bêta; quelques-unes se sont penchées sur le rôle du rythme sensorimoteur. Dans les études se focalisant sur l’augmentation du rythme sensorimoteur tout en diminuant thêta, les résultats sont prometteurs, avec une réduction de la douleur ressentie de plus de 50%.

Dépression

Les psychothérapies, la psychopharmacologie et la combinaison des deux se sont avérées être efficaces pour traiter les effets de la dépression mais ces méthodes ne sont pas parfaites. En effet, elles présentent des taux élevés de rémission partielle et de rechute.

Certaines personnes développent également une résistance au traitement. Il est donc important de développer des techniques non pharmacologiques efficaces, et le Neurofeedback pourrait être l’une d’entre elles

 

Au niveau des ondes cérébrales, selon certaines études, les individus dépressifs présentent une plus haute activité alpha dans l’hémisphère gauche, et, une hypoactivation dans l’aire préfrontale gauche. Une des méthodes de Neurofeedback par EEG utilisée consiste donc à corriger cette asymétrie.

 

D’après une méta-analyse de 2020, l’utilisation du Neurofeedback réduirait les symptômes dépressifs (auto-évalués par les sujets), d’une manière significative.

Trouble Stress Post-Traumatique (TSPT)

Le TSPT est caractérisé par des réactions désagréables, dysfonctionnelles et généralement intenses suite à un événement traumatisant.

 

L’utilisation du Neurofeedback pour alléger ces symptômes est envisagée comme une piste de traitement potentielle depuis plusieurs années. L’objectif est que les patients atteints de TSPT arrivent à s’auto-réguler, car la guérison de cette pathologie  dépend de la capacité du patient à surpasser un état d’excitation important.

 

Un des marqueurs EEG du TSPT est une dysfonction de l’excitation neuronale incluant une augmentation de l’activité corticale. Cela se manifeste par une réduction de l’activité alpha et une augmentation du ratio thêta/alpha. Ces deux marqueurs seraient liés à l’attention et à la performance de la mémoire de travail qui sont toutes deux impactées chez les sujets avec TSPT.

 

Plusieurs études ont comparé l’utilisation du Neurofeedback par EEG à un groupe contrôle. Parmi les résultats obtenus, les pensées suicidaires ont été significativement réduites, avec une taille d’effet large.